RELIGIOLOGIQUES, 14 (automne 1996) Religion implicite




La religion à la une.
Vision du monde d'un quotidien populaire britannique

Andrew Gough*


En Occident, les discussions sur la religion reposent souvent sur une définition institutionnelle de celle-ci, dérivée de la position du christianisme dans la culture. Ainsi, le terme n'est généralement utilisé que pour désigner la tradition chrétienne et les autres grandes (judaïsme, islam, bouddhisme, hindouisme, etc.), à la rigueur les ou les . Mais une telle définition est peu appropriée pour analyser le phénomène religieux dans les sociétés pluralistes comme dans celles où la s'intègre en quelque sorte au tissu social. C'est pourquoi on ne retiendra pas ici cette définition, lui en préférant une autre, susceptible de plus vastes applications transculturelles.

Une des fonctions universelles de la religion paraît bien être d'offrir un cadre d'intelligibilité qui permette d'intégrer à la vie individuelle et collective des éléments susceptibles de perturber celle-ci. Le déclin contemporain des Églises ne signifie aucunement que la elle-même soit en voie d'extinction. Nous devons en revanche ajuster notre regard et nous demander ce qui, dans la culture actuelle, et pour plusieurs de nos contemporains, tend à remplacer les Églises et leurs dogmes comme matrice d'interprétation du monde.

Les médias, par exemple, occupent une place considérable dans la culture britannique actuelle. Ce sont de puissants gardiens de l'information qui, tout à la fois, donnent accès aux événements du quotidien et en proposent une compréhension. Ainsi chaque jour, en Grande-Bretagne, environ un quart des adultes lisent le Sun. Ce tabloïd populaire à grand tirage (qu'il faut bien distinguer de l'entreprise qui le publie) offre à ses lecteurs une vision du monde qui intègre l'ensemble de l'existence telle que celle-ci se donne à voir principalement dans les médias - et, singulièrement, ce qui y apparaît comme porteur de menaces pour l'ordre social. En ce sens, je soumets que le Sun assume un rôle religieux dans la culture populaire britannique de notre temps.

Redisons-le: un adulte britannique sur quatre lit chaque jour le Sun. Cela, déjà, devrait colorer significativement leur vision du monde. La recherche dont sont ici présentés quelques résultats a voulu explorer cette hypothèse au moyen d'une série d'entrevues non directives où il s'agissait en quelque sorte de mettre en corrélation la vision du monde qui se dégage du Sun et celle que partagent ses lecteurs. Précision immédiate: il va de soi que ce dont il sera ici question, c'est d'un idéaltype du lecteur du Sun, et non bien sûr d'individus singuliers, en chair et en os - encore que cet idéaltype soit construit à partir d'éléments puisés dans l'expérience et les représentations d'individus concrets. Autre précision: sauf indication contraire, on utilisera surtout ici la forme masculine pour la simple raison que le lectorat du Sun est en très grande partie constitué d'hommes.

De la religion et de ses éléments constitutifs

On se référera ici, pour définir la religion, à une série de onze paramètres développés à partir de la grille d'Alston (1) (qui, pour sa part, en contenait neuf). Ainsi, une religion comporte

Bien distingués ici pour fins de clarté, ces divers éléments se chevauchent souvent, bien sûr, dans la réalité.

Une telle grille devrait pouvoir s'appliquer à n'importe quel type de société et rendre compte du religieux qui s'y enracine dans l'interaction des diverses matrices de sens que l'on y trouve. (Il va de soi que les individus concrets peuvent être perméables à plusieurs de ces matrices, nombreuses dans une société pluraliste.)

L'intérêt d'ue telle grille n'est pas tant de révéler des aspects du religieux qui seraient passés inaperçus selon d'autres définitions; c'est plutôt de mettre en lumière la diversité considérable des formes que peut prendre cette sphère de l'expérience humaine que nous appelons la . D'où, on le conçoit, l'opportunité d'une définition large et inclusive, capable de rendre compte de cette diversité.

*

Je souhaiterais, au cours des pages qui viennent, mettre l'accent sur deux de ces éléments constitutifs, soit la distinction entre le sacré et le profane, d'une part, et d'autre part la présence d'une vision du monde. Je ferai tout de même allusion à d'autres paramètres en cours de route.

Le sacré et le profane

Par , j'entends ici ce qui, pour ceux et celles qui adhèrent à telle ou telle de ses manifestations, est vécu comme étant