Laureline Amanieux

La présence de Dionysos dans l’œuvre d’Amélie Nothomb

Dionysos est le dieu de la dualité qui porte aussi bien à la béatitude qu’à la sauvagerie. De sa dualité naît sa démence, et le tragique de l’existence. Les héros des œuvres d’Amélie Nothomb sont possédés par ce dieu : ils se révèlent dans des affrontements cinglants, où transparaît leur propre dualité entre beauté et laideur, animalité et humanité, plaisir et douleur. Au faîte de la violence, Dionysos parvient cependant à une fusion des opposés. La parole habitée des personnages fait éclater la norme sociale, sexuelle, et culturelle, grâce à ce dieu de la transgression qui provoque une indifférenciation intense : les frontières tombent entre les héros et la divinité, entre la monstruosité et le sublime de leurs actes. L’écriture même d’Amélie Nothomb est envahie par ce dieu : l’auteure adhère à ce mythe par la sensation d’être née deux fois – et même davantage, comme le montre son dernier roman –, et elle ressent son écriture comme un aveuglement dionysiaque, une véritable possession.