Michel Despland

Quand la religion devient littérature et la littérature se fait religion : Nathaniel Hawthorne

En 1850, Nathaniel Hawthorne publie son premier roman, La lettre écarlate. Celui-ci raconte le sort d’une jeune femme vivant à Boston dans les années 1640. Mère célibataire, elle y est condamnée au pilori ainsi qu’à porter la lettre A en toile écarlate. Cette œuvre illustre à merveille la redéfinition des frontières entre religion et littérature qui s’opère au cours du XIXe siècle. Hawthorne, à travers son roman, construit un rapport original à la religion traditionnelle (puritaine). Par un biais littéraire, c’est en quelque sorte une religion post-traditionnelle qu’il rend disponible à ses contemporains.