Bertrand Ouellet et Richard Bergeron (dir.), 1998, Croyances et sociétés : Communications présentés au dixième colloque international sur les nouveaux mouvements religieux, coll. Héritage et projet, 59, Montréal, Fides, 500 p.


Les nouveaux mouvements religieux &emdash; mieux connus dans notre langage populaire sous le terme «sectes» &emdash; ne laissent personne indifférent. L'arrivée de ces groupes, sans passer sous silence les différents courants spirituels qui les accompagnent, a provoqué bon nombre de réactions dans nos sociétés. De la menace à l'indifférence, force est de constater que ces «groupes et doctrines» sont le signe évident des diverses transformations, tant sur les plans spirituel et religieux que social, de nos sociétés contemporaines.

Le présent collectif, issu des textes de communications présentées lors du CESNUR (Centro Studi sulle Nuove Religioni) &emdash; qui a eu lieu à Montréal du 13 au 16 août 1996 sous le thème «Les sociétés devant le nouveau pluralisme religieux» &emdash;, propose plusieurs façons de voir et de comprendre le phénomène entourant les nouveaux mouvements religieux.

Ce recueil, dirigé par Bertrand Ouellet et Richard Bergeron, se divise en quatre grandes parties qui proposent respectivement des thèmes et des angles permettant de s'ouvrir et d'interpréter cette nouvelle réalité sociale.

La première partie intitulée «Nouveaux mouvements religieux et vie en société» s'intéresse à la vision ainsi qu'aux réactions que provoque la présence de ces groupes religieux («Nécessaires et dangereuses utopies» de Pierre Pelletier ; «Nouveaux mouvements religieux et société de masse» de Benjamin H. Leblanc) et souvent minoritaires («Sur le sens d'être minoritaire» de Raymond Lemieux). Il est important de souligner ici qu'une grande place est consacrée à la réalité française («La controverse sur les sectes en France» de Régis Dericquebourg ; «Réflexions sur les lobbies associatifs» de Alain Garay). Rappelons que le congrès suivait de quelques mois la sortie du rapport controversé de l'Assemblée nationale française sur les sectes (voir à ce sujet Massimo Introvigne et J. Gordon Melton (dir.), 1996, Pour en finir avec les sectes : Le débat sur le rapport de la commission parlementaire, Paris, Derux, 355 p.). Néanmoins d'autres situations sont citées en exemple : les Pays-Bas, le Japon («The Fallout from AUM» de Robert Kisala) sans oublier la situation au Québec («Le Centre d'information sur les nouvelles religions» de Bertrand Ouellet).

Les questions entourant le thème «Évolution et transformations dans les nouveaux mouvements religieux» occupent la deuxième partie. Plusieurs auteurs traitent cette question en s'intéressant à un mouvement en particulier ; citons pour exemples les textes sur les Bérets blancs («Les Bérets blancs à la croisée des chemins» de Martin Geoffroy et Jean-Guy Vaillancourt) et le mouvement pour la Conscience de Krishna («L'adhésion à la Conscience de Krishna de 1965 à 1977 aux États-Unis ; Un point de vue des sciences sociales» de Jean Duhaime). D'autres auteurs étudient la question à partir d'une approche différente soit celle de l'étude comparée («La guérison spirituelle ; son évolution face aux changements sociaux et culturels» de Anne-Cécile Bégot).

Comme son titre l'indique, «Les églises chrétiennes au rendez-vous des nouveaux mouvements religieux», la troisième partie de l'ouvrage s'intéresse aux positions de l'Église face aux nouveaux mouvements religieux. Encore une fois, deux approches caractérisent les contributions dans les différents textes. Une première s'intéresse à des mouvements en particulier («Dialogue with the International Society for Krishna Consciousness» de John A. Saliba ; «A Holy War at St. James's» de Stephen Hunt) tandis que d'autres chercheurs traitent la situation dans son ensemble («L'Église catholique et la recherche religieuse et spirituelle hors-frontières» de Teresa Gonçalves ; «Le chassé croisé de l'Église et de la secte» de Paul-André Turcotte).

La dernière partie, «Les spiritualités nouvelles», réunit les textes des auteurs qui se sont consacrés, comme le souligne Bertrand Ouellet dans le texte de présentation, «sur le contexte spirituel dont sont issus et que nourrissent les nouveaux mouvements religieux» (p. 11). De la popularité des anges dans le Nouvel Âge («Les anges, le Nouvel Âge et la spiritualité de masse» de André Couture) à la religion personnelle («Critique de la modernité et religion personnelle» de Denis Jeffrey) sans oublier le phénomène des extraterrestres et autres ovnis («New Religions and the Reinvention of Polytheism ; Alienation, Postmodernism and UFOs» de Robert S. Ellwood), plusieurs sujets qui sont souvent à la base de nouvelles croyances, de visions du monde et de nouveaux cultes sont traités dans cette quatrième partie.

Globalement, Croyances et sociétés : Communications présentés au dixième colloque international sur les nouveaux mouvements religieux, propose plusieurs interprétations intéressantes sur le phénomène des nouveaux mouvements spirituels, sans bien sûr épuiser la complexe diversité de cette réalité. Toutefois, la richesse des textes et des thèmes abordés nous permettent d'enrichir nos connaissances sur ce domaine religieux souvent étudié, malheureusement, de manière péjorative et moraliste.

 

Charles Gagné

Université du Québec à Montréal

Sommaire des recensions / Page d'accueil