Chahla Chafiq et Farhad Khosrokhavar. 1995. Femmes sous le voile. Face à la loi islamique. Paris: Édition du Félin, 240 p.



Ce livre est un des nombreux ouvrages qui tente de comprendre la situation équivoque de la femme dans la culture musulmane. Les auteurs se sont beaucoup questionnés à ce sujet et ils nous offrent, comme le signale Chafiq, la réflexion de deux sociologues qui portent leur regard sur cette femme vivant dans les sociétés islamiques. Les auteurs se sont partagés la tâche de l'écriture en divisant le texte en deux parties distinctes.

Chahla Chafiq est responsable pour l'écriture de la première partie de l'ouvrage. Le texte débute par un historique sommaire des origines de l'islam. Certains termes et concepts qui sont propres à l'islam y sont décrits et expliqués: charia, umma, hadiths et sunna, entre autres. À travers la chronologie de l'évolution de l'islam historique, Chafiq explique les fondements de la loi islamique. L'auteur aborde ensuite les perceptions qui sont assignées à la femme en islam. Plusieurs hadiths et proverbes sont fournis pour démontrer l'importance que joue, dans les sociétés islamiques, la dynamique sexuée du rapport homme-femme. L'auteur prétend que l'islam saisit la femme strictement à travers ses rôles de procréatrice et d'épouse et que le contrôle de la sexualité féminine dans l'islam serait la pierre angulaire de l'ordre divin. D'ailleurs, Chafiq perçoit le voile islamique imposé à la femme comme chargé de symboliques qui servent à renforcer ces perceptions qu'a l'islam du féminin.

Dans le contexte moderne, l'auteur expose certaines situations qui existent au Maghreb, en Indonésie et en Iran, particulièrement en ce qui a trait aux lois de ces pays. Ces dernières semblent être contradictoires: elles affirment l'égalité de la femme par une constitution soi-disant moderne d'une part, et d'autre part elles rabaissent cette même femme en lui imposant des règles islamiques où sa valeur sociale est la moitié de celle de l'homme.

L'auteur examine enfin ce qui amène certaines personnes à confronter l'islam, soit par leurs écrits ou par leurs actions. Tel est le cas des Salman Rushdie, Talisma Nasreen et Naoul El-Saadoui.

Chafiq fait une très bonne utilisation des textes employés pour la recherche. Il est bien malheureux par contre qu'aucune bibliographie ne soit ajoutée à la fin du livre, car il est parfois difficile de retracer les références.

Farhad Khosrokhavar entreprend la deuxième partie du texte en s'interrogeant sur la question du voile chez les femmes qui se réclament de l'idéologie islamiste et qui portent le hijab dans le but d'affirmer cette appartenance. L'auteur décrit les raisons d'être du voile islamique et la symbolique que ce bout de tissu peut représenter, avant d'aborder les raisons qui poussent certaines femmes musulmanes à l'adopter.

Poursuivant son questionnement, l'auteur tente de comprendre le rapport entre la modernité et l'islamisme sans perdre de vue les rôles qu'y jouent les femmes, soit activement ou passivement. Les contraintes de la vie moderne et urbaine influencent, à leurs façons, toute la question du port du voile.

Khosrokhavar fait ensuite la rétrospective du régime iranien, de la place qu'occupa la femme dans l'instauration du régime Hezbollah et du rôle qu'elle détient dans la société iranienne presque deux décennies plus tard. Enfin, l'auteur conclut l'ouvrage avec des entrevues de femmes de divers milieux qui exposent leurs opinions et perceptions face au voile.

Un petit regret à la lecture de ce livre: les auteurs débutent souvent leurs réflexions avec une bonne question et avec un bon point de référence pour enchaîner leurs pensées. Mais la conclusion se dénoue parfois sur des impressions personnelles ou sur une interprétation symbolique qui n'arrivent pas à fournir une réponse adéquate à la question de départ.

 

Lyne-Marie Larocque,
Département des sciences religieuses, Université du Québec à Montréal

 

 

Sommaire des recensions / Page d'accueil