Evelyn de Smedt. 1990. Zen et christianisme. Paris: Albin Michel (coll «Spiritualités vivantes»), 186 p.



Auteure de nombreux ouvrages et collaboratrice de Maître Taisen Deshimaru, Evelyn de Smedt propose une comparaison entre les spiritualités zen et chrétienne.  Le lecteur qui veut s'initier y trouvera des informations de base sur le zen et sur quelques grands mystiques chrétiens: Jean Tauler, Jan van Ruysbroek, Jean de la Croix, Ignace de Loyola.

Après avoir présenté Maître Deshimaru (fondateur du Dojo Zen de Montréal), la première partie de l'ouvrage évoque quelques grands spirituels chrétiens qui pratiquent zazen : les jésuites E. Lassalle et K. Kadowaki, le dominicain A.-M. Besnard et le bénédictin Pierre-François de Béthune.

La seconde partie - Rencontres entre Zen et Christianisme - propose d'intéressants rapprochements sur «se connaître soi-même», le silence, le recueillement, «le Maître et la transmission», «le bodhisattva et le saint», l'amour et la compassion, «illusions et péché», le karma, la vacuité, et se termine avec une comparaison plus élaborée entre «le satori du Zen et la communion divine du christianisme». Très souvent c'est Maître Eckhart, le mystique dominicain du XIVe siècle (que les bouddhistes aiment tant), qui permet de faire le pont entre deux grandes traditions spirituelles profondément différentes, au moins sur le plan conceptuel.

L'essai d'Evelyn de Smedt démystifie bien des peurs concernant l'égarement des chrétiens dans le bouddhisme et met sur la voie d'un dialogue inter et intra-religieux avec le bouddhisme zen.  Mais les rapprochements sont souvent rapides, voire faciles : un danger!


Pierre Pelletier, Psychanalyste,
Montréal

Sommaire des recensions / Page d'accueil